Les noll ont deux ailes

La Cote Sud

La Cote Sud au programme. Je me suis amusée comme une petite folle à prendre toutes sortes de photo dans le bus en jouant avec les reflets sur la vitre…Des montagnes aux lunettes…img_0357Non seulement nous étions assis du bon côté ou il y avait tout le spectacle mais en plus de ce côté les vitres étaient restées propres alors que de l’autre côté, elles étaient maculées de traces de pluies boueuses à ne rien voir au travers !!Les chanceux !

On a traversé les plus belles campagnes de l’Islande pour ensuite poursuivre vers les montagnes … filantes…On a fait une pause-café au milieu de nulle part, rien à voir ! On a juste pu prendre enfin la photo des prix de l’essence!! Waou c’est cher comme le reste.img_0304Nous avons ensuite fait un arrêt photo à l’ endroit de l’éruption volcanique de 2010 avec la ferme familiale devant.img_0362Ensuite, on a vu l’impressionnant glacier Mýrdalsjökull ! img_0452Puis une pause repas au village Vik.img_0472Jean-Luc a craqué pour un super bon hamburger très bien garni et moi j’ai pris la succulente traditionnelle soupe islandaise au mouton, avec un cookie chacun. Excellent. Le tout arrosé d’une bonne bière. Parfait.

img_20151113_084128

img_20151113_084137Après manger, on a marché jusqu’à la plage de sable noir (roche volcanique) pour admirer les magnifiques pitons rocheux.20151113_144813Les géologues donnent comme explications qu’il s’agit des restes d’un volcan. La légende raconte qu’il s’agit de Trolls fossilisés parce que le mouton qu’ils cherchaient à voler n’avançait pas assez vite et qu’ils ont été pris par le jour ! Qui dit vrai ?img_0470On a repris le car pour faire le tour de la montagne et retrouver nos pitons rocheux de l’autre bord. Il s’agit de la formation rocheuse de Reynisdrangar. img_0473Vue magnifique sur la falaise percée … nous revoici au Québec ou en France à Etretat !

La colline sur la plage a une falaise spéciale fait de crayons de roches.

20151113_144859Le guide nous explique qu’il s’agit de la lave coulant tellement lentement qu’elle a subit un phénomène de cristallisation. Magnifique et surprenant. Chacun prend place pour la photo.20151113_144707On repart direction la 1ere cascade : Skógafoss, impressionnante que l’on peut aussi voir depuis de la route n°1. Skógafoss est une cascade située sur la rivière Skógá, dans le petit village de Skógar. La rivière Skógá se jette de ses falaises et tombe de 62 mètres en formant une chute d’une largeur de quelques 25 mètres.

img_0388Ensuite on a visité le musée folklorique de Skogar. On n’a pas fait comme tout le monde. On a d’abord visité l’extérieur. Personne pour prendre les photos des maisons de l’époque. img_20151113_111323Une seul pièce pour vivre avec les lits, la table et le peu d’affaire qu’avaient ces gens à l’époque.img_0546Le guide avec qui nous avons parlé longuement en français (Bravo !), nous a expliqué une tonne de chose. Avant la 2eme guerre mondiale, les Islandais étaient très très pauvres. Ils vivaient d’agriculture ce qui signifiait faire pousser de l’herbe pour nourrir les moutons leur seul et unique moyen de subsistance ! Aucun légume, aucun fruit que du mouton et les produits laitiers de brebis (lait, fromage, yaourt). Pas de vache, trop fragile pour les températures nordiques. Malheureusement, quand les vaches ont été importées, les Islandais ont abandonné l’exploitation du lait de brebis plus complexe et moins rentable. Cette technique est maintenant perdue ! Dommage !

Il faut savoir qu’en Islande, il n’y a pas de foret. Donc pas suffisemment de bois pour construire des étables. Seulement le bois échoué de la mer, dit le bois flotté.

img_20151113_113123Pas de ressources naturelles donc pas de fer, pas d’argile pour faire des assiettes. C’étaient les restes de baleines qui étaient utilisés : les vertèbres servaient de plat, par exemple.

img_20151113_113724Les vessies servaient de ballastes et de vitres.

img_20151113_114039L’huile de foie de morue étaient utilisée pour faire bruler les lampes’ Ça sentait mauvais et ça fumait!

Dans ces conditions de vie très rudes, pendant 9 siècles, la population n’a guère dépassée 50 000 habitants. Elle était frappée tous les siècles soit par une épidémie comme la peste, soit par un tremblement de terre. L’espérance de vie était de 35 ans. La mortalité infantile était de 50%.

C’est en 1944 que les choses ont changées du jour au lendemain à l’arrivée des anglais et surtout des américains: ça ne fait que 70 ans, deux générations ! 50 000 américains ont débarqués en Islande qui comptaient alors 120 000 habitants avec leurs capitaux!! Les Islandais vendaient leurs poissons qui étaient un aliment absent de la liste des aliments échangeables avec les coupons de nourriture. Il faut savoir que les Islandais ne mangeaient pas leur poisson, car pour eux c’était comme manger leur argent ! Il le gardait pour faire des échanges.img_20151113_113341Le bateau exposé dans le musée a navigué de 1856 à 1946 avec 17 rameurs (pas de voile). Le niveau de l’eau était a 20 cm du rebord. Pour ne pas couler à l’arrivée dans les rouleaux très dangereux, il fallait vider le bateau du poisson péché. Le poisson était enfilé sur des lignes et servaient ensuite de ballastes. Apres l’arrivée, il fallait repêcher le poisson une deuxième fois !

Tout ça c’est le guide qui nous l’a expliqué en français pendant que le reste du bus visitait le reste du musée … passionné et passionnant. Peut-être mon plus beau souvenir de la journée !

De nuit, on a poursuivi vers notre dernière halte : la cascade Seljalandsfoss.

img_20151113_123126On peut la contourner, c’est très impressionnant. Gljúfrabúi se trouve juste à gauche de Seljalandsfoss, dans un renfoncement creusé dans la roche.

C’était super glissant et hyper dangereux. Je doute qu’en France, on nous ait laissé y aller. Impressionnant de faire une telle cascade de nuit ! Ça aussi un souvenir mémorable.

On est ensuite retourné vers Reykjavik  avec un coucher de soleil incroyable qui m’a permis de nouveau de m’amuser comme une petite folle à faire des photos plus farfelues les unes que les autres.

Quelle belle journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *