Les noll ont deux ailes

Le parc national de Kouchibouguac

Une fois la chasse au trésor terminée et le questionnaire rendu au parc écologique, nous prenons la direction du Parc de Kouchibouguac. N’amenez pas votre bois au risque de vous le faire prendre à cause de la bibitte méchante .

Il fait nuit quand nous finissons de nous garer sur notre emplacement plutôt dénudé! Demain on doit changer. Le prochain emplacement sera peut-être mieux. Le transit le plus rapide du voyage prend 5 mn montre en main! On espére avoir un emplacement plus joli dans les arbres. C’est raté. Il est un peu mieux que le précédent mais toujours pas terrible. La prochaine fois je réserve les emplacements avec google earth.

On va se renseigner au centre d’information pour les activités cano voyageur. Malheureusement, cette activité est annulée pour aujourd’hui et demain. Trop de vent. Pas de chance. De toutes les façons, il fallait réserver sur internet. En plus, je me suis trompée demain il n’y a pas l’activité avec les Mi’kmaq. On ne construira donc pas de collier d’amitié. Ma wish list ne sera pas complétée à 100%. Dommage ces deux activités avaient l’air vraiment sympa.

Au programme aujourd’hui, c’est footing sur la plage Kelly’s. Très jolie.

Nous apercevons un animateur-guide qui donne des explications sur l’habitat naturel : plusieurs espèces marines vivent ici: bernard-l’ermite, moules, huîtres, crevettes de sable, natices (mollusque gastropode à la coquille ovale et souvent colorée, carnassier, vivant dans le sable ou la vase.) et épinoches.

On abandonne la troupe et on part pour notre footing en bord de plage!

Le parc national de Kouchibouguac est constitué d’îles, de dunes, de forêts, de barachois (étendue d’eau saumâtre (comme une lagune), séparée de la mer par un banc de sable ou de gravier. Il existe le plus souvent un goulet, par lequel l’eau de la mer entre à marée haute.) et de marais salés. Les eaux qui baignent ses plages sont parmi les plus chaudes, au nord de la Virginie.

Les balbuzards pêcheurs, les pygargues à tête blanche et les sternes sont les oiseaux qui volent ici au dessus de nos têtes.

À l’horizon, 25 km de dunes de sable doré jalonnent la région côtière. Dans l’eau, Jean-Luc aperçoit une tête noire puis deux.  : ce sont des phoques gris. Ils peuvent peser jusqu’à 450 kg et mesurer plus de 2 m de long.

Ce soir, une petite marmotte vient prendre l’apéro avec nous.


Demain départ pour le pays de la Sagouine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *